Ce sont près de 1500 manifestants vêtus de rouge qui sont venus à Charleroi ce mercredi matin à l’invitation de la Centrale générale des services publics, la CGSP, syndicat de gauche dans le cadre de sa semaine de sensibilisation autour de l’importance des services publics.

Sur l’esplanade de la gare du Sud, des délégations venues de Mons, Tournai, Huy, Waremme, Liège, Verviers et Malmedy formaient une masse impressionnante au moment où Thierry Bodson, secrétaire général de l’interrégionale wallonne de la FGTB a pris la parole. Il a rappelé les mesures prises par le gouvernement fédéral et
qui pénalisent, a-t-il dit, les jeunes, les pensions et les services publics.

Un recul social d’un siècle Il a souligné que, sur les 650 millions d’euros que nécessite l’adaptation du budget, 200 millions frapperont les services publics, 450 autres les travailleurs. Il a encore estimé que les dispositions déjà prises ou annoncées, et notamment la semaine de 45 heures, constituent un recul social d’un siècle, avant de réclamer une véritable réforme fiscale. Selon lui, « le MR est dans ce gouvernement, la carpette de la N-VA et le larbin du patronat ». IMG_0041Olivier Nyssen, au nom de la CGSP-Administrations, a insisté sur le rôle que jouent les services publics, à toutes les étapes de la vie du citoyen.

L’imposant cortège s’est mis en route au départ de la gare du Sud pour ensuite emprunter le boulevard Tirou afin de se rendre devant le siège du MR, le Mouvement Réformateur, rue de Dampremy, avant de se diriger vers celui du PS qui se trouve à la rue de la Science. Enfin, le long cortège rouge s’est retrouvé à la place Charles II, non loin de la célèbre « Maison des Huit Heures », pour les traditionnels discours et la dislocation. Le discours de clôture de Michel Meyer, président fédéral de la CGSP, a, à son tour, souligné le rôle essentiel des services publics et évoqué les combats encore à mener, à commencer par la manifestation du mois prochain à Bruxelles.

La manifestation s’est déroulée sans heurt dans une ambiance plutôt « bon enfant ».

 

Ce sont près de 1500 manifestants vêtus de rouge qui sont venus à Charleroi