Mons, le mardi 30 juin2015
Le 17 juin dernier, la CGSP dénonçait, par voie de presse, et par un courrier aux administrateurs,
les dysfonctionnements de l’intercommunale IRSIA en matière de gestion du personnel, d’organisation
et surtout d’hygiène au sein des crèches.
Aujourd’hui, c’est par voie de presse (La Dernière Heure–Edition du 30 juin 2015)
que le comité de direction a souhaité répondre aux «accusations» de la CGSP.
Cette méthode étant certainement plus confortable que de rencontrer les travailleurs!
Si la volonté du comité de direction était de sortir du silence, force est de constater,
qu’à la lecture du communiqué de presse, la réalité est que celui-ci pratique
la langue de bois ! En effet, en se réfugiant derrière des chiffres–une fois de plus
–le comité de direction lance unécran de fumée sur les réelles causes de l’absentéisme,
qu’elles  soient de maladie, ou pour interruption de carrière.
Si le personnel recourt massivement aux interruptions de carrière, ne serait-ce
pas dû aux conditions de travail et à la pénibilité du métier ?Mais il est vrai qu’il n’est
pas facile d’entendre raison quand on reste sourd aux souffrances de son personnel!
Le comité de direction, que nous supposons soutenu par le conseil d’administration,
préfère jouer la carte de la provocation, plutôt que de répondre aux questions essentielles.
Vouloir à tout prix indexer la «maigre indemnité financière» des administrateurs–sic !
– alors que les travailleurs seront privés d’une indexation automatique de leur salaire,
ne sera pas qu’une tempête dans un verre d’eau!
Dans ces conditions, la CGSP considère que le dialogue social vient d’être rompu
par le comité de direction.
La CGSP reste, et restera toujours, en première ligne pour défendre l’intercommunale IRSIA,
et ce dans l’intérêt de la région, des parents et leurs enfants, et des travailleurs, mais certainement pas
pour l’intérêt des administrateurs !
Personne en charge de ce dossier: Laurent DUFRASNE