La réforme des pensions du Ministre Bacquelaine,

sans concertation sociale et sur base d’un mensonge.

index9

En 4 points majeurs, le Ministre des Pensions a fait part ce jour dans la presse de sa réforme des pensions.

Sans aucune concertation avec les interlocuteurs sociaux. Alors qu’il s’agit d’une matière privilégiée des représentants des travailleurs et des employeurs. Alors que le gouvernement appelle sans cesse les interlocuteurs sociaux à être partie prenante des réformes gouvernementales.

Mais il y a plus grave encore. En annonçant une réforme budgétairement neutre, le Ministre des pensions ment effrontément à la population.

Cette réforme sera financée par la limitation des périodes assimilées (périodes au cours de laquelle une personne n’a pas travaillé mais qui sont prises en compte dans le calcul de la pension).

Autrement dit, les personnes bénéficiant d’un chômage avec complément d’entreprise (ex – prépensions), les personnes en repos de maternité, les personnes en recherche d’un emploi, les personnes malades…ne pourraient plus valoriser cette période dans le calcul de la pension. Alors qu’il faudra avoir 42 ans de carrière pour une pension anticipée et 45 ans pour une pension complète.

A contrario, avec ces moyens, seul un petit groupe de personnes verra sa pension augmenter. Seuls 2% des pensionnés ont une pension maximale.

La FGTB prône le relèvement des plafonds. Mais pas au détriment des personnes qui sont empêchées de travailler.

Comme pour l’augmentation des pensions minimales, annoncée lundi, le Ministre des Pensions et le gouvernement Michel poursuivent une politique discriminatoire et inégalitaire.