Priorités de la FGTB dans le débat sur l’énergie : Sécurité – Sécurité – Sécurité !

nucléaireLa FGTB s’inquiète de la manière dont le dossier énergie est actuellement mené et appelle à une rencontre avec la Ministre Marghem.

Pour la FGTB, il est essentiel de revenir aux priorités dans ce dossier : une triple Sécurité !

1. Sécurité pour les travailleurs et la population en ce qui concerne le nucléaire. Les garanties doivent être maximales en la matière. L’Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire aura le dernier mot, mais la FGTB demande également l’implication de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique ! On ne tergiverse pas avec la sécurité nucléaire !

 

  1. Sécurité d’approvisionnement. Et force est de constater que celle-ci est loin d’être assurée, que ce soit pour l’hiver 2015-2016 ou encore les suivants. Si des solutions à court terme visant une importation renforcée d’électricité doivent être envisagées afin de garantir notre sécurité d’approvisionnement, à moyen – long terme, elles doivent être abordées en complément au développement d’un mix énergétique belge durable capable d’assurer une indépendance énergétique maximale du pays, tenant compte de l’impact sur les prix et dans un souci de cohérence et de garantie d’emploi dans le secteur. Ces éléments soulignent à nouveau la nécessité d’une gestion publique d’un secteur aussi stratégique pour le pays que la production d’électricité.

 

  1. Sécurité d’investissement et avenir énergétique: la Belgique court un risque majeur de délestage et pourtant les outils de productions continuent à fermer. En 3 ans, ce sont plus de 500 pertes d’emplois directs dans le secteur de la production qui ont été perdus ! le Bureau fédéral du Plan a rappelé dans les conclusions de son rapport sorti en avril 2015, que pour répondre à ses engagements européens et pour garantir l’avenir énergétique de notre pays à l’horizon 2050, il faudra, par la porte ou par la fenêtre, investir près de 62 milliards d’€ entre 2010 et 2050 dans ce secteur. Aujourd’hui, avec déjà 5 ans de retard, à quoi assiste-t-on ? A une politique de désinvestissements et la fermeture progressive des outils de production.

Pourtant les travailleurs ont besoin de sécurité quant à l’avenir énergétique de notre pays. La déclaration gouvernementale prévoit la rédaction d’une Vision et d’un Pacte énergétique pour la Belgique pour l’horizon 2030 et ce avant la fin de l’année 2015. A 7 mois de cette échéance, le dossier semble au point mort. La FGTB rappelle que si cette Vision et ce Pacte veulent voir le jour, ils ne pourront l’être que sur une assise sociétale forte qui passe par l’implication des interlocuteurs sociaux, comme ce fut le cas au Pays-Bas, et ce à tous les niveaux ! En effet, il faut préparer une Transition Juste vers un mix énergétique, basé notamment sur le renforcement des filières de production classiques (Turbines gaz vapeur, etc) ainsi que sur les énergies renouvelables, permettant d’associer sécurité d’approvisionnement, formation des travailleurs, création d’emplois de qualité (qui préservent les qualifications et conditions de travail et de rémunération), et qui assure également une indépendance énergétique maximale.

 

La FGTB demande une rencontre dans les meilleurs délais avec la Ministre dans le cadre, notamment de la discussion sur le Pacte énergétique qui devra inévitablement intégrer la vision des interlocuteurs sociaux.