flash police

LE PLAN CANAL = UN COUP DANS L’EAU !

Après plus de deux mois d’attente, la CGSP a pris connaissance de la présentation du
plan « anti-radicalisme » du Ministre de l’Intérieur.
Il y a plusieurs semaines, le Gouvernement avait promis d’engager des dépenses au plus
vite à hauteur de 400 millions d’€ afin de lutter contre le terrorisme.
Une fois de plus, le Ministre de l’Intérieur joue les grands communicateurs à la veille des
congés de carnaval, en annonçant l’engagement de 1000 policiers d’ici 2019.
Si cette annonce semble positive aux yeux de la population, pour la CGSP, il ne s’agit ni
plus ni moins que d’une fumisterie de plus de ce gouvernement.
En effet, le Ministre responsable de la police a bien vite oublié que les années 2015 et
2016 ont vu le nombre de recrutements annuels passés de 1.400 à 800 policiers ; soit un
déficit total de 1.200 policiers !
C’est aussi occulter que pour devenir policier, il faut suivre une formation de 18 mois.
Ce qui signifie que les engagements annoncés pour octobre 2016 ne seront effectifs sur
le terrain qu’en début 2018.
C’est donc une fausse bonne nouvelle !
D’autant plus qu’il faut rappeler à Monsieur Jambon que le changement de législation sur
le régime des pensions des policiers aura un impact important sur les futurs départs à la
retraite. Au moment d’écrire ces quelques lignes, ce ne sont pas moins de 2.500 policiers
qui peuvent partir à la pension et, d’ici 2019, il faudra ajouter 3.500 collègues qui
pourront prétendre à l’aménagement de fin de carrière

 

Ce régime de fin de carrière devrait être un élément déterminant dans la politique à
l’égard du recrutement en milieu policier, mais rien n’y fait.
Ce n’est pas tout, le Ministre a-t-il aussi oublié qu’au mois d’octobre dernier, il avait signé
le nouveau cadre de la Police fédérale duquel il manque 3.428 agents sur les 13.500
prévus.
La CGSP souhaite qu’il soit tenu compte de tous ces éléments afin de mettre en place
une politique de recrutement pérenne et stable sur le long terme.
Nous souhaitons également que la partie résiduelle de l’enveloppe budgétaire prévue
pour combattre le radicalisme soit affectée aux villes et communes afin de leur
permettre d’agir de manière préventive dans ce domaine.
A l’aube d’une discussion importante sur les missions clefs de la police, nous devons
constater que les choix de ce gouvernement ne sont pas vraiment le renforcement de la
police. Le Ministre de l’Intérieur voit-il là encore une opportunité supplémentaire pour
externaliser (privatiser) certaines missions ?
La CGSP souhaite que le Ministre de l’intérieur revoit ses plans d’investissements
jusqu’en 2019 pour un recrutement pérenne de policiers et un renouvellement adéquat
du matériel mis à leur disposition (véhicules, matériel, parc informatique, etc…)
police01