Manifestation de la cgsp – 27 février à Tournai

La CGSP dénonce la réforme des pensions initiée par le gouvernement fédéral. Elle regrette notamment le flou qui règne autour des catégories professionnelles entrant en ligne de compte pour la reconnaissance de la pénibilité d’un métier et sur la façon dont les critères seront octroyés.

Une manifestation a réuni entre 1.200 et 1.500 personnes en matinée à Tournai. «C’est une bonne mobilisation», a commenté mardi vers midi le président fédéral de la CGSP, Michel Meyer, à propos de l’ensemble de la grève. Selon lui, le mouvement qui s’est déroulé sans heurt jusqu’ici, devrait se poursuivre. Les équipes de l’après-midi emboîteront le pas des grévistes du matin.

Le syndicat socialiste des services publics CGSP appelle à la grève ce mardi pour dénoncer les plans du gouvernement concernant les métiers pénibles. Selon le syndicat socialiste, le projet de loi du ministre des Pensions Daniel Bacquelaine (MR) comporte « plusieurs éléments inacceptables« .

Les périodes d’absence pour maladie, accident du travail, congé de maternité… ne sont pas prises en compte pour le calcul de la pension anticipée dans le cadre de la pénibilité, souligne la CGSP. Le projet est discriminatoire pour les agents féminins, mais aussi entre agents exerçant une même fonction. En outre, aucune solution n’est trouvée pour les agents contractuels des services publics, dit le syndicat.

Critères de pénibilité

La CGSP dénonce également le flou qui règne autour des catégories professionnelles entrant en ligne de compte pour la reconnaissance de la pénibilité et sur la façon dont les critères seront octroyés.

Pour la fonction publique, le projet du ministre des Pensions prévoit quatre critères de pénibilité au travail qui permettraient à certains fonctionnaires dans certains métiers particuliers, de pouvoir quand même partir plus tôt à la pension. Lesquels ? Tout cela doit encore se négocier.

« Pour la CGSP, il est clair que le gouvernement Michel, au travers de ce dossier, ne vise qu’à réaliser une économie budgétaire importante sur le dos des agents de la fonction publique. »