« Les travailleurs ne sont pas des élastiques ! »

Les syndicats sont reboostés par le projet de loi de Kris Peeters qui veut réformer le travail et calculer sa durée sur une base annuelle, en permettant dès 2017, d’aller jusqu’à 45 heures par semaine, avec 143 heures maximum par trimestre et un maximum de 9 heures par jour.

Toucher aux 38 heures, sans que cela ne passe systématiquement par la concertation sociale, voilà qui met les syndicats en rogne. D’autant plus que 100 heures supplémentaires par an et par travailleur seront autorisées. Alors, le patron de la FGTB ne mâche pas ses mots. « Les mesures Peeters, je vais vous les résumer en un seul mot : élastique. Les travailleurs ne sont pas des élastiques, on ne peut pas accepter de ne pas respecter la concertation sociale. On veut retirer le rôle à la concertation, on fait un déni de démocratie économique et sociale. Le gouvernement a une légitimité électorale mais la Belgique a été fondée sur une concertation sociale très forte et les matières qui relèvent du travail doivent être dans les mains des interlocuteurs sociaux. » Et quand on lui rappelle que le ministre de l’Emploi a expliqué qu’il existait une marge de négociation, la réponse fuse. « Le problème de Kris Peeters, c’est que je ne suis pas sûr que ce soit lui qui ait écrit les textes, donc il ne sait pas nécessairement ce qui se trouve dans les textes. »

grève du 24 mai 2016