01 juillet 2015

Mons – N’abandonnez pas les services publics pendant vos vacances!

La CGSP Mons-Borinage maintient la pression sur le gouvernement et ses mesures, même pendant les vacances. Le syndicat montre ainsi qu’il reste vigilant quant aux décision qui pourraient être prises en cette période de congé et qu’il est aussi capable de mobiliser ses militants pendant cette période estivale.

9 juin 2015

Ils ont la rage et ils marchent!

Ce matin, une trentaine de militants de la CGSP sont partis de Mons pour rejoindre Soignies à pied. En trois jours, ils comptent se rendre au Pralement fédéral pour rencontrer les délégués des partis politiques et leur dire ce qu’ils pensent du détricotage des services publics. Une autre façon de manifester leur mécontentement contre les mesures prises par le gouvernement Michel. Reportage complet ce soir dans Les Infos, à 18h.

Mons-Borinage – Les fonctionnaires sont en colère!

27 mars 2015.
Arrêt de travail et blocages de routes ont ponctué toute cette matinée la région de Mons-Borinage. Les différents services publics affiliés à la CGSP ont ainsi manifesté leur mécontentement quant à la réforme des pensions votée cette semaine. Notree équipe est allée à Frameries écouter les doléances des fonctionnaires.

Mons – Des cadavres sur la Grand-Place!

03 mars 2015 17:08
Rassurez vous, ce n’est qu’une action symbolique menée par la CGSP ! Le syndicat dénonce en fait le saut d’index qui va conduire, selon eux, à la mort du service public…

Mons 2015 – Le grand nettoyage.

Après la fête, l’émerveillement et les paillettes, la Ville a un petit air de lendemain de la veille. 100 000 milles visiteurs, ça laisse des traces. Pour alléger les services communaux, le choix avait été fait d’engager une entreprise privée. Pour un résultat ce lundi qui laissait à désirer.

Zone de secours Hainaut-Centre : Protocole négocié à Mons.

Depuis le premier janvier, la zone de secours Hainaut-Centre est une réalité. La théorie de sa mise en place est donc confrontée à la pratique de terrain. Des aménagements vont devoir être trouvés pour permettre à la zone de fonctionner au mieux. Un protocole a d’ailleurs été négocié hier avec la Ville de Mons, malgré un premier conseil de zone chahuté.

Arrêt de travail ce matin à l’ILA de Boussu.

16 décembre 2014.

Arrêt de travail ce matin à l’ILA de Boussu. L’Initiative Locale d’Accueil ouverte depuis 2002 accueille 33 demandeurs d’asile et vient de se voir signifier sa fermeture. Une catastrophe, tant pour les travailleurs sociaux que pour les candidats réfugiés.

Quévy – La CGSP s’invite au conseil communal.

Le 29 décembre 2014.

la séance promettait d’être agitée. Pour accueillir les membres du conseil communal de Quévy, les syndicalistes étaient au rendez-vous. Leur crainte : des pertes d’emploi suite à la mise sous plan de gestion de la commune. Ecoutez Laurent Dufrasne, Permament CGSP

Mons – La CGSP accueille Jan Jambon au centre 100

Le Ministre Jan Jambon visitait le centre 100 ce matin. Une visite identique à toutes les régions. Mais ici, il fut accueilli par les syndicats. Policiers, pompiers et divers métiers des soins de santé étaient représentés. De quoi expliquer au ministre la pénibilité de leur travail au quotidien.

Après avoir visité la caserne des pompiers de Braine-l’Alleud et le centre de la protection civile de Brasschaat, le Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Jan Jambon, s’est rendu ce lundi matin à la centrale 100 de Mons.
Une visite qui s’inscrit dans le cadre de la série de visites de terrain dans les domaines qui relèvent de sa compétence (police, pompiers, protection civile, etc.).

Sauf qu’à Mons, la CGSP en a profité pour mener une action à l’arrivée du ministre de l’intérieur. Une vingtaine de syndicalistes étaient présents dans l’espoir de décrocher une entrevue avec Jan Jambon.
« Je comprends leurs inquiétudes et leurs revendications. J’ai donc volontier accepté de dialoguer quelques minutes avec eux. Depuis le début, nous laissons une grande place à la concertation. Après les actions, il faut maintenant se mettre à table et discuter » déclarait le vice-premier.
De son côté, Sabine Libert (CGSP Admi) était plutôt positive à la sortie de l’entretien. « Monsieur Jambon a pris le temps d’écouter ce qu’on avait à lui dire. Nous avons surtout insisté sur la pénibilité de certains métiers d’urgence (police, pompiers, ambulanciers…) pour lesquels augmenter l’âge de la pension à 67 ans est impossible. Il est également difficile pour nous d’accepter qu’on fasse des économies dans des secteurs aussi importants que ceux-là… ».

 

Grève générale du 15 décembre 2015.

15 décembre, journée de grève générale. Voici un résumé des actions dans les différents secteurs, à Mons, Saint-Ghislain, Hornu et Jemappes! Au lever du jour, Mons est une ville morte. Les principaux accès sont bloqués par des barrages filtrants. Des barrages où la bonne humeur domine, avec des automobilistes en général compréhensifs. Les piquets eux partagent leurs craintes pour l’avenir, des craintes liées aux pensions, au pouvoir d’achat aussi. Direction Saint-Ghislain et le zoning de la Riviérette. Un zoning complètement bloqué, tout comme la ville. Les accès sont interdits sauf aux riverains ou aux véhicules de secours. Vers 9h, la police doit intervenir. Un automobiliste s’est un peu trop énervé. Dans les files, il faut expliquer par où passer, expliquer aussi le pourquoi de cette mobilisation. Dans les supermarchés, pas un client, pourtant certaine sportes sont ouvertes. Pas à Hornu où les centres commerciaux sont bloqués. Peu de clients se sont présentés. Les gérants ont aussi pris les devants. A Jemappes, l’accès au centre commercial ets bloqué mais les travailleurs ont pu passer, notamment ceux de Colruyt. Là les portes sont ouvertes, mais pas un chat sur le parking, pas un client dans le magasin… Après-midi, la CGSP a brûlé un mannequin à l’effigie du gouvernement fédéral sur la Place Léopold, à Mons. Le syndicat tire un bilan positif de la manifestation, malgré les incidents. LA CGSP est déterminée à poursuivre le combat pour, dit-elle, mettre le gouvernement à genoux.

Frameries: la CGSP-Admi déclare la révolution des travailleurs.

Lundi 8 décembre 2014 la CGSP Admi a rassemblé ses affiliés de Mons et Borinage aujourd’hui. Ceux qui travaillent dans les services publics sont concernés aussi par les mesures du nouveau gouvernement fédéral Michel 1er. Travailleurs et syndicat sont inquiets pour l’avenir des emplois dans les administrations de service public. Ecoutez ! Ils se sont déplacés des quatre coins du Borinage. Ils travaillent tous dans des services publics. Ils sont venus écouter de quelle façon les nouvelles mesures du gouvernement fédéral actuel pourraient affecter leur carrière. La plupart partageaient des craintes similaires. C’est surtout l’allongement de carrière à 67 ans à l’horizon 2030 qui inquiète le plus. Ceux que nous avons rencontrés dans ce reportage disent ne pas pouvoir assurer leur travail jusqu’à cet âge et aussi vouloir profiter des dernières années de leur vie. La pénibilité du travail est un critère important puisqu’il n’est pas repris dans la fonction publique. Et puis, il y a aussi le calcul des pensions. Actuellement, la pension se calcule sur les dix dernières années de carrière. Pour le gouvenrment actuel, il faudra la calculer sur la carrière entière. Pour interpeller les politiques, les travailleurs ont déambulé en cortège dans les rues de Frameries. Ils avaient placé l’emploi public dansun cercueil et symbolisaient ainsi son enterrement.

Tôt ce matin, les organisations syndicales étaient à pied d’oeuvre pour installer les premiers piquets.

24 novembre 2014.

Dès 4 heures 30, les premiers barrages interdisant l’accès aux centres commerciaux et zonings économiques ont été érigés. Malgré le fait que cette grève est prévue de longue date et qu’il fallait donc bien s’attendre à des difficultés pour accéder à certains endroits, certains ont fait preuve d’inconscience en forçant des piquets…

Pas mal d’embarras de circulation donc ce matin pour entrer à Mons. Des barrages avaient été installés en certains endroits stratégiques comme le rond-point de la Porte du Parc, par exemple. Une mobilisation d’envergure dans une ambiance relativement bonne malgré les bouchons. Il fallait s’armer de patience pour entrer dans Mons, aujourd’hui. Le rond-point de la porte du parc a été bloqué dès6 heures du matin par des barrages filtrants. Le carrefour de la Violette, à Nimy, a lui aussi généde nombreux bouchons. La file de voitures s’étendait jusqu’à l’autoroute. A Hyon, c’est à hauteur du centre commercial que la circulation était rendue difficile par un barrage, tandis qu’à la frontière, il n’y avait finalement

Barrage filtrant sur la Route d’Ath, à hauteur du Chemin du Prince à Erbisoeul.

24 novembre 2014.

Une action des syndicats enseignants, des syndicats qui pensaient rencontrer la Ministre Jacqueline Galant. Devant les écoles de l’entité, les piquets étaient bien présents. Si les syndicats de l’enseignement, en front commun, ont choisi de mener des actions à Jurbise, ce n’est pas un hasard. Jurbise, c’est le fief de la seule ministre fédérale de la région, Jacqueline Galant. Ils pensainet pouvoir rencontrer la Ministre ce matin à 6h30. La rencontre n’a pas eu lieu. Jacqueline Galant rappelle qu’elle n’est pas Ministre de l’Enseignement et qu’aucun rendez-vous n’avait été pris. Dont acte. Les syndicats se disent déçus et ne comprennent pas l’attitude de la Ministre. N’empêche, les piquets sont bien présents devant les écoles de l’entité. A Erbisoeul, par exemple. Il y a néanmoins une garderie et certains parents ont déposé leurs enfants. Car tout le monde n’est pas en grève… Sur la Route d’Ath, les barrages sont filtrants. Les syndicalistes distribuent des tracts explicatifs. En général, les automobilistes sont compréhensifs, mais vu les files certains s’énervent quelque peu mais sans accrochage particulier.