Mons: manifestation au conseil de police, «C’est une gifle pour les policiers», dit le syndicat.

 C’est un public important qui s’est pressé lors du dernier conseil de police, ce mardi à Mons. Une septantaine de policiers ont manifesté sur la Grand-Place, avant d’assister au conseil. Malheureusement, ils n’ont pas été invités à prendre la parole. Les syndicats le déplorent fortement, parlant d’un affront fait aux policiers.

Les policiers de la zone Mons-Quevy se sont rassemblés sur la Grand-Place de Mons ce mardi.

Cela fait plusieurs semaines qu’ils dénoncent le manque de moyens de la zone de police. Pour eux, les policiers ne sont plus assez nombreux pour assurer la sécurité des citoyens. C’est pourquoi, en front commun, les syndicats ont appelé le personnel à se rassembler devant l’Hôtel de ville de Mons. L’heure n’était pas choisie au hasard : 17h, c’était le moment du conseil de police. Avec leurs calicots, CSC, SLFP, CGSP et SNPS ont assisté au conseil de police… Sans pour autant exprimer leurs revendications. Ce mardi matin, le bourgmestre Elio Di Rupo avait expliqué que les syndicats ne pourraient pas prendre la parole lors de la séance officielle du conseil car ils n’en avaient pas fait la demande au préalable. Ce qui a été pris pour un manque de considération par la septantaine de policiers présents, notamment le SLFP : «  Nous sommes déçus, c’est un affront, une gifle pour les policiers venus exprimer leur désarroi par rapport au manque de considération dont ils sont victimes… Ça va être difficile de retrouver un dialogue serein, ce sera à l’autorité de revenir vers nous. On attendait un geste du politique vers les policiers… On va voir ce qu’on va faire avec le front commun, mais il n’est pas impossible qu’on dépose un préavis de grève  », déclare Philippe Bailly, président provincial du SLFP police.