LA CGSP ET LES AUTRES PARTENAIRES DISENT NON A LA PRESENTATION DU

CADRE ORGANIQUE (TO3) DE LA POLICE FEDERALE ET LA PONDERATION DES CALOG.

flash police

Depuis plusieurs semaines et dans le cadre du Comité Supérieur de Concertation, les organisations

syndicales négocient l’important dossier de l’ « Optimalisation » de la Police fédérale reprenant le
nouveau cadre organique (TO3) et le projet d’adaptation de la pondération des Calog niveaux A.
Après de longues heures de discussions, la CGSP et les autres partenaires sociaux ont décidé de
remettre un avis négatif sur le TO3 et sur la pondération pour les raisons suivantes :
– Dans le cadre organique qui nous a été présenté, il existe des incohérences dans certains
services et les principes de l’optimalisation visant à mettre plus de policiers dans la rue ne sont pas
rencontrés ; – Tout au long des débats, il a été précisé que le TO3 était un cadre théorique et qu’il faudra
voir les moyens mis à disposition pour le réaliser.
Actuellement, nous n’avons aucune garantie l’aboutissement de l’engagement du personnel nécessaire pour compléter ce cadre organique; – La perte de 500 emplois pour le personnel du cadre administratif et logistique ( CALOG ) sans la moindre explication, ce qui est pour nous tout à fait inacceptable.
– L’impossibilité d’effectuer l’analyse de la structure de la Direction Générale Judiciaire (DGJ)
étant donné qu’elle n’a pas encore obtenu l’avant du Ministre en fonction des priorités fixées par les
Procureurs Généraux; – Nous déplorons la perte de capacité de 30% de l’a
ncien office central de la lutte contre la délinquance économique et financière (OCEDEFO) rebaptisé aujourd’hui DJSoc.
Ce service a démontré à de multiples reprises son efficacité dans les dossiers de grandes fraudes et nous nous interrogeons sur cet affaiblissement de la structure présentée.
– Au vu de certaines déclarations du Ministre de l’Intérieur Jan JAMBON, nous sommes  inquiets sur l’avenir du personnel de plusieurs services dont le DAP qui assure la protection du Palais Royal laquelle pourrait être remise en question.
En effet, cela fait plusieurs mois que nous entendons ce Ministre évoqué les tâches clefs de la Police
fédérale et que des réunions sont organisées dans la plus grande opacité. Les grandes sociétés
privées se disent prêtes à assumer plusieurs missions qui sont à ce jour toujours des missions de
Police. Voilà ce que nous qualifions de début de privatisation, ce que nous ne pouvons accepter.
L’idée même de revoir les taches et missions de la Police est un signal de désinvestissement dans le
Service Public et cette situation est pour nous tout à fait INACCEPTABLE.
– Le délai que s’est imposé l’Autorité ne permet pas d’examiner sereinement la mise en œuvre
structurelle de l’optimalisation de la Police fédérale.
– La pondération montre les limites du système mis en place et le danger à l’égard de
l’uniformité du statut puisqu’aucune garantie n’a été donnée aux quatre organisations du fait que les
zones de police se verraient bien imposer le modèle concerté.
L’avenir doit se construire dans la sérénité et pas dans la précipitation !
Admi – Alr – Lrb – Place Fontainas, 9-11 -1000 Bruxelles
Téléphone : 32 – (0)2 508 58 59
Télécopie : 32 – (0)2 508 58 15