“Une Europe plus juste pour les travailleurs”, scandent ce vendredi matin dans les rues de Bruxelles les manifestants réunis par la Confédération européenne des syndicats (CES).

Bruxelles le 26 avril 2019 manifestation pour une Europe plus juste pour les travailleurs

La CES organisait ce vendredi cette manifestation de travailleurs européens pour interpeller les politiques des 28 pays de l’UE en vue des élections européennes du 26 mai prochain. “Les élections européennes de fin mai sont les plus importantes depuis dix ans”, explique Luca Visentini, secrétaire général de la Confédération européenne des syndicats. “Nous appelons les citoyens à voter pour les candidats et les membres de l’Assemblée qui travailleront pour une Europe plus juste pour les travailleurs. Ne vous laissez pas bernés par les partis d’extrême-droite, anti-européens et nationalistes, ils n’offrent aucune possibilité d’action”.

La manifestation a démarré vers 11h00 de l’avenue d’Auderghem, près de la place Schuman et des sièges de la Commission Européenne et du Conseil Européen. Selon la police, près de 4600 manifestants sont présents. La manifestation doit se terminer vers 13h00.

Différents pays étaient représentés. Les délégations italienne et française étaient particulièrement remarquables. Les militants français de la CGT étaient en nombre et environ 500 militants de la CFDT avaient fait le déplacement. “On est là pour une Europe sociale, et non pas l’Europe de l’argent, une Europe qui tient compte des travailleurs et de toutes les catégories professionnelles“, défend Didier Bonte, secrétaire générale de l’Union locale de Lille pour la CFDT.

La Belgique n’était pas en reste avec les trois principaux syndicats représentés. L’avenir de la jeunesse européenne a notamment été mise en question par Nouria El Hachloufi, présidente du mouvement des jeunes SLFP Young : “Le gouvernement souhaite privatiser tout doucement la fonction publique et cela la met à mal. (…) Une personne qui part à la pension est remplacée par un jeune, mais avec un contrat précaire. Cela fragilise l’ensemble de la fonction publique.”

Des discours des hauts représentants syndicaux sont prévus à l’arrivée sur le rond-point Schuman.

Gr.I. avec Belga – Photo : Belga/Nicolas Franchomme